Google Venice et le référencement géo-localisé

Google Venice Dernière mise à jour le 18 mars 2013 à 19h28

Durant le premier semestre 2012, les changements d’algorithme de Google ont énormément fait parler d’eux et notamment les deux animaux noir et blanc, Google Panda et Pingouin. Bizarrement, une mise à jour tout aussi importante nommée Google Venice a elle été beaucoup moins relayée et étudiée au sein de la communauté SEO.

Afin de corriger le tir et de mieux comprendre cette mise à jour qui influe sur les résultats de recherches dites “locales”, Arnaud Lemasson a décidé d’effectuer un test en mettant quelques référenceurs français à contribution.

Description du test Google Venice

Pour tester les effets de Google Venice, le test imaginé par Arnaud Lemasson a nécessité la participation de différents acteurs situés dans toute la France. Le but est simple, comparer les résultats obtenus sur plusieurs recherches différentes, pour plusieurs personnes différentes habitants dans des lieux différents. Vous l’aurez compris, l’objectif est ainsi d’étudier toutes les différences entre les résultats et les localités des testeurs.

Les conditions de participation

Au total, 20 personnes ont participé au test. Les recherches ont été effectuées sur Mozilla Firefox, avec une session “vide”. C’est-à-dire sans cookie ou autre, qui aurait biaisé les résultats car Google se sert de vos précédentes recherches et de votre compte Google pour optimiser les résultats de recherches selon ce qu’il considère comme vos attentes.

Les requêtes testées

Les testeurs ont tous effectués les mêmes requêtes, certainement dans le même ordre :

  • agence de référencement
  • cabinet d’avocat
  • fleuriste
  • hotel lille
  • rachat d’or paris
  • référencement

Les trois premières requêtes sont des “requêtes métier”, les deux suivantes des “requêtes métier localisées” et la dernière une requête générale.

Les résultats du test

Les résultats du test de Google Venice ont été publiés sous la forme d’un tableur Excel sur l’article dédié d’Arnaud Lemasson. Vous pouvez les consulter ici : Google Venice – Le grand test. Vous pourrez également y consulter la carte de France des participants.

Analyse des requêtes métier

Les trois requêtes métier utilisées dans cette analyse sont donc “agence de referencement”, “cabinet d’avocat” et “fleuriste”. Bien qu’elles ne soient pas localisées, on remarque tout de même une certaine portée pour chacune d’elle. En effet, une agence de référencement travaille sur Internet et peut donc proposer ses services dans toute la France. Un cabinet d’avocat va généralement plutôt proposer ses services dans les régions alentours. Et un fleuriste, va vendre ses fleurs dans sa ville et les villes voisines. On peut donc dire qu’elles sont implicitement localisées en fonction de la géolocalisation de l’internaute : “Je recherche _maRecherche_ proche de chez moi”.

Requête métier

Requête n°1 : “agence de referencement”

Au regard des résultats, on se doute qu’effectivement Google classe les sites selon la géolocalisation de l’internaute. De fait, les résultats sont identiques pour toutes les personnes de l’Ile de France. Même chose pour les deux bordelais et pour 2/3 des testeurs des Pays de la Loire.  Etrangement, le Chili et la Thaïlande obtiennent la même chose, mais pas le Canada et la Belgique. Sur ce point je reste assez perplexe.

Mais le plus intéressant se situe certainement au niveau de Lyon et de Nantes.

En faisant quelques recherches, on s’aperçoit que l’agence CyberCité est basée à Villeurbanne, ville limitrophe de Lyon. Sur l’ensemble des résultats, l’agence est plutôt bien classée et se retrouve souvent dans le top 10. Mais pour Julien J. qui vit à Lyon, l’agence est ici en pôle position ! On voit nettement que Google met en avant cette agence pour une raison de localité. Toutefois pour Kévin qui vit à Chambéry, l’agence n’est pas en tête, mais semble tout de même mieux classée qu’en général.

De la même façon, l’agence 404 qui se situe à Nantes n’est présente dans aucun résultats, hormis ceux des testeurs des Pays de la Loire. La position semble d’ailleurs descendre plus la localisation de l’internaute s’éloigne de Nantes. Un peu comme pour Lyon finalement.

Requête n°2 : “cabinet d’avocat”

Sur cette requête, ça commence déjà à se compliquer. Etant en région parisienne, je commence une fois de plus par les parisiens, j’espère que vous ne m’en voudrez pas ! Sur les quatre testeurs parisiens, trois possèdent des résultats identiques. Quant au quatrième, les résultats sont quasi les mêmes que ceux des testeurs strasbourgeois et macônnais. Sachant que ces villes sont éloignées de 300 à 400km, je ne comprends absolument pas ce résultat. S’il y a des idées, je suis preneur !

Au niveau des Pays de la Loire, les résultats pour Nantes et Challans sont une fois de plus identiques. Pour Angers, on remarque la présence de plusieurs avocats exerçant à Angers, que l’on ne retrouve dans aucun autre test. Bien joué pour la pertinence sur ce coup-là.

Requête n°3 : “fleuriste”

Bonne nouvelle, les parisiens se réconcilient grâce aux fleurs, les quatre obtiennent des résultats identiques. Même constat à Nantes et à Challans où on s’entend toujours aussi bien. Et une fois de plus, l’angevin fait des siennes et se différencie. En effet, on découvre un fleuriste à Bouchemaine, une commune située à 10km d’Angers. La pertinence est ici une fois de plus plutôt pas mal à priori. Mais tout de même, n’y a-t-il pas de fleuriste à Angers même ? Pourquoi proposer le fleuriste d’une petite commune située à 10km de là ?

Du côté des Bouches du Rhône, on retrouve à Lyon un fleuriste en activité sur la ville, même chose pour Chambéry. La mise en avant géolocalisée est une fois de plus assez correcte.

Analyse des requêtes métier localisées

Les deux requêtes métier localisées utilisées dans cette analyse sont “rachat d’or paris” et “hotel lille”. La différence avec les requêtes précédentes est que cette fois-ci Google ne doit pas se baser sur la géolocalisation de l’internaute, mais sur la ville qu’il a lui-même demandé. En gros, on s’en fout que j’habite à Marseille si je cherche des informations sur le rachat d’or à Paris. C’est un peu moins vrai pour l’hôtel à Lille car potentiellement, le lieu de départ impacte directement l’hôtel que l’on choisit sur le lieu d’arrivée. Mais là, ça devient très difficile à interpréter et mettre en relation pour le moteur de recherche.

Géolocalisation Google

Requête n°4 : “rachat d’or paris”

C’est très flagrant, les résultats sont presque tous identiques, à quelques exceptions près. Tous les résultats des SERP sont en rapport direct avec le rachat d’or et la ville de Paris. Peu importe que l’on soit proche ou pas de la capitale, en France ou à l’étranger, la teneur des résultats est la même.

Pour moi, les quelques différences qui existent dans les SERP ne sont pas liées à la géolocalisation de l’internaute à proprement parler, mais aux DataCenters. En effet, je suis de ceux qui croient en la capacité de Google à semer le trouble chez les SEO et à modifier volontairement son index afin de mieux pister les actions des référenceurs. C’est quelque chose que l’on remarque vraiment bien sur des outils tels que Positeo, qui permettent d’obtenir le positionnement d’une page web pour un mot clé donné, sur plusieurs DataCenters. On appelle souvent cela “l’effet Yoyo”.

Requête n°5 : “hotel lille”

Même chose que pour la requête précédente, tous les résultats sont décorrelés de la géolocalisation de l’internaute. Seule la localité demandée est prise en compte. On retrouve ainsi des hôtels situés à Lille, des chaînes d’hôtels et des agences de voyage.

La présence de chaînes d’hôtels et d’agences de voyage peut s’expliquer de plusieurs façons. Soit Google prend le parti de ne pas afficher uniquement des hôtels et considère qu’afficher une agence de voyage est tout aussi pertinent. On retrouve ainsi des sites d’hôtels donnant de nombreuses informations sur les lieux où loger temporairement sur Lille, et une agence de voyage permettant de trouver à la fois un hôtel sur Lille et un moyen de transport. Soit, le poids du référencement de ces sites est tellement important qu’il dépasse le poids de la localité. On parle tout de même de sites tels que TripAdvisor, Expedia ou encore Hotels.com !

La question qui se pose alors est la suivante. Dans quelles mesures la localité de l’activité d’un site impacte-t-elle son positionnement sur une requête localisée ?

Requêtes géolocalisées VS requêtes locales

Une analyse intéressante à faire est la comparaison entre les requêtes localisées selon la géolocalisation effective de l’internaute, et les requêtes localisées selon les mots clés présents dans la recherche de l’internaute. En effet, les deux analyses précédentes ont porté sur un ensemble de mots clés disjoints. Mais que se passe-t-il si l’on compare les résultats des deux scénarios suivants :

  1. Recherche d’une “agence de referencement” avec une géolocalisation sur Paris.
  2. Recherche d’une “agence de referencement Paris” avec une géolocalisation sur Marseille.
Les trois premiers résultats pour la requête “agence de referencement Paris” :
Agence de Référencement Paris

Pour le second scénario, les résultats figurant dans le top 3 sont des sites qui ne figuraient même pas dans le top 10 lors de la requête géolocalisée. La raison est simple, le mot clé “Paris” figurant dans la requête locale est pris en compte lors du calcul de pertinence du contenu. Or, pour une requête géolocalisée, cela ne semble pas être le cas.

Bien que l’effet de Google Venice soit visible comme l’a démontré ce test, cette comparaison démontre selon moi que son impact reste tout de même limité.

Analyse de la requête généraliste

L’analyse des requêtes généralistes ne s’est portée que sur une seule requête. Le sujet ayant été largement abordé ailleurs, cela me semble raisonnable.

Requête n°6 : “référencement”

Il s’agit d’une recherche d’information elle aussi décorrelée de la géolocalisation. De fait, l’homogénéité des résultats est aussi visible que pour les requêtes localisées. En fait, les requêtes généraliste et localisée possèdent en partie le même fonctionnement. C’est la requête de l’internaute qui est prise en compte, et non sa géolocalisation.

Hypothèses

Le GeoRank

Personnellement, je trouve que les requêtes localisées et généralistes sont assez similaires dans leur fonctionnement. Les sites sont classés en fonction des termes contenus dans la recherche faite par l’internaute. Le petit plus pour la recherche localisée est certainement l’utilisation de données telles que Google Adresses.

Toutefois, on remarque que certains sites ressortent sur des requêtes locales alors qu’ils n’ont aucun rapport direct avec les villes demandées. Ceci peut s’expliquer par la qualité du référencement des sites au global et sur ces mots clés précis, ainsi que par le contenu contextualisé de leurs pages. Mais est-il possible que Google attribue une note pour chaque page/site, selon les plus grandes villes mondiales/du pays du site cible ? Une métrique que l’on pourrait appeler le GeoRank.

Un positionnement lié aux coordonnées géographiques

Comme nous avons pu le voir dans la comparaison entre requêtes géolocalisée et localisée, la géolocalisation de l’internaute ne semble pas être un critère prépondérant au niveau du calcul de pertinence du contenu. Cependant, certains sites se voient réhausser dans le classement pour d’autres raisons. Selon moi, cette mise en valeur serait liée à un calcul basé sur les coordonnées géographiques (latitude et longitude) des établissements connus par Google pour chacun des résultats. Grossièrement, le calcul de pertinence global serait fait en deux temps. Dans un premier temps, l’algorithme de classement classique qui se base uniquement sur les mots clés de la recherche. Puis, une réévaluation des résultats précédemment calculés en fonction de leurs coordonnées connues et de la géolocalisation de l’internaute. Chaque algorithme ayant son propre poids, il est donc possible que des sites proches de l’internaute ne ressortent pas en première page, et inversement que des sites lointains ou sans localisation connue soient en première page.

Les trois premiers sites ressortant sur “agence de referencement Paris” ne ressortaient même pas pour “agence de referencement” avec une géolocalisation sur Paris. Ce constat semble confirmer que le poids de la géolocalisation est très largement inférieur au poids de la pertinence de contenu et de popularité.

Par ailleurs, comment Google peut-il décider de mettre en avant un site A ou un site B, s’il connait un établissement pour chacun d’eux ? Y aurait-il un système de valeurs pour chaque fiche Google Adresses, basé notamment sur les critères classiques (liens entrants, contenu, …) ainsi que les avis utilisateurs ? La valeur des fiches étant détectées comme proches de l’internaute, impacterait alors le classement des sites indexés.

Des résultats incertains

Certains résultats m’ont paru à côté de la plaque. Malgré le travail des équipes de Google, ce ne serait pas une première me direz-vous… Mais tout de même, certaines SERP différaient de beaucoup alors que les testeurs étaient proches les uns des autres.

Les consignes du test ont-elles été réellement respectées ? A savoir le vidage des cookies et l’utilisation de Firefox (Chrome appartient à Google et peut donc biaiser les résultats).

Les emplacements indiqués par les testeurs ne sont peut-être pas assez précis ? Si je dis que je vis à Paris alors qu’en réalité je suis à une vingtaine de kilomètres, cela peut avoir une incidence selon l’index local de Google.

Mon analyse a été faite assez globalement, je n’ai pas été dans un niveau fin où j’aurais du regarder la localité de chaque site, de chaque SERP, de chaque utilisateur. Je l’ai fait pour quelques-uns, ce qui m’a notamment permis de voir que parfois Angers diffère de Nantes pour afficher un site dont l’activité est basée à Angers. Mais je ne l’ai pas fait pour tous et il est fortement probable que certains résultats à première vue étranges puissent s’expliquer en partie par une localité plus centrée et plus précise. Pour faire simple, voici un exemple. Un utilisateur A habite à Lille et un utilisateur B habite à 10km de Lille. Google connait des sites de fleuristes à Lille et un site de fleuriste proche de chez B. Les SERP de A ne contiendront que les fleuristes à Lille, et les SERP de B contiendront elles des fleuristes à Lille et le fleuriste proche de chez B. Mais imaginons un utilisateur C qui vit lui aussi à 10km de Lille mais en direction opposée, il aura des SERP différentes de B et potentiellement identiques ou différentes de A selon que Google connaisse ou non un fleuriste proche de chez lui, situé en dehors Lille. J’espère que vous m’avez suivi…

Conclusion

Avant de conclure cette analyse, que je vous invite à commenter, critiquer et partager, j’aimerais appuyer sur le fait que le référencement local est un point à prendre très au sérieux selon votre activité et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, il peut être plus simple de vous référencer sur une requête du type “visagiste Perdu sur Oise” que sur “visagiste” tout court. De plus, être positionné correctement sur une telle requête vous permettra de récupérer un trafic tellement plus qualifié que sur une requête généraliste. En effet, si j’habite à Toulouse et que je tombe sur le site du visagiste de Perdu sur Oise, j’ai peu de chances de prendre un rendez-vous…

Par ailleurs, je vous invite à tester vous-même quelques requêtes localisées en rapport avec votre secteur d’activités pour observer le comportement de Google. Vous pouvez d’ailleurs faire de même sur d’autres moteurs de recherches, parfois cela aide à mieux comprendre le comportement global via l’observation d’autres phénomènes.

Finalement, tant pour les requêtes géolocalisées que les requêtes locales, l’utilisation de microdonnées et la création de fiches Google Adresses sera un plus indéniable. Sans oublier la rédaction de contenu contextualisé à votre localité et le netlinking avec les associations mot clé ciblé / location. Les bonnes pratiques pour les requêtes généralistes sont donc tout aussi valables pour le référencement local, mais d’autres pratiques entrent en compte dans cette optique de visibilité géographique. J’espère que vous n’avez pas négligé vos cours de Géographie en CM2 !

Google Venice et le référencement géo-localisé, 4.6 out of 5 based on 7 ratings

Commentaires

#1
Arnaud

Merci Morgan pour ce retour complet et cette belle analyse.
Je te rejoins sur la majorité des points.
Je me démarque lorsque tu commences à associer Google Adresse, Pour ce qui est des légères différences sur les serp’s “rachat d’or paris”, c’est peut être dû également aux petites différences d’horaire du test + aux éventuels oublis de consignes, mais je ne suis pas pour un “brouillage des pistes par Google”, à ce niveau en tout cas.

#2
Romain

Il aurait été pertinent dans cette analyse de calculer la position moyenne des différents sites sur leurs mots clés ainsi que l’écart type.
Il est important à mon sens également d’utiliser les microformats de géolocalisation afin de donner plus de pertinence locale à certains résultats : http://schema.org/LocalBusiness et ses déclinaisons par type d’activité.
Dans le cas d’une activité 100% web, la géolocalisation n’a pas vraiment de sens à l’inverse.

Morgan Fabre

Effectivement quelques chiffres auraient été intéressants à étudier mais à vue d’oeil on voit déjà bien les effets. Moi ce qui m’a réellement le plus interpellé est la mise en avant des agences sur Lyon et Nantes, lors d’une recherche géolocalisée.

Je suis d’accord avec toi pour les microdonnées mais je ne suis pas d’accord sur le dernier point. Dans le cadre d’une activité 100% web, la localisation n’a pas d’importance pour exercer certes, mais être mis en avant sur des zones où tu possèdes des établissements te donne une meilleure visibilité, même si l’intérêt réel de la proximité est moindre. Ce qu’on recherche ici c’est de la visibilité locale, même si notre zone d’activité est plus étendue.

Pour finir, je m’interroge sur un possible effet néfaste concernant l’ajout de trop d’informations de lieux. En effet donner de l’info sur des lieux permet d’accroitre la confiance qu’à Google en nous sur une zone et donc d’optimiser notre visibilité sur ladite zone. MAIS, est-il possible qu’à l’inverse on en perde sur des zones où l’on n’est pas présent ?

#3
Lowbrow

Merci pour cette analyse, l’expérience dans son ensemble est intéressante et il serait pas mal de voir comment elle s’affine avec le temps. Les résultats par ville recoupée avec positeo permettraient peut etre d’avoir l’explication pour des résultats différents dans la meme ville.

#4
Morgan Fabre

Un passage sur la comparaison entre le référencement géolocalisé et le référencement local a été ajouté dans l’article.

Selon moi, l’effet de Google Venice bien que perceptible, reste tout de même plutôt limité face au reste des critères entrant en compte dans l’algorithme de calcul de pertinence global de Google.

#5
Maximilien

Bien qu’il y ait quelques incohérences parfois au niveau des SERPs bien que deux personnes se trouvent dans la même ville, je trouve que cette MAJ de Google est une bonne chose pour les utilisateurs. Pour les SEO, le travail sera plus délicat pour se positionner sur certaines requêtes métier. Ton analyse est très intéressante et donne un bon aperçu sur cette MAJ de Google qui est comme tu l’as souligné assez importante et peut être pas assez relayée comme elle le devrait.

#6
Jerome PASQUELIN

Merci de ce test, très intéressant.
Pour chaque testeur, vous confirmez qu’aucun proxy n’est utilisé?
Est ce qu’ils étaient tous les même FAI (ça aurait été intéressant d’avoir un traceroute de leur connection)

Morgan Fabre

Malheureusement ces données n’ont pas été recueillies lors du test, mais pour ma part je n’ai pas utilisé de proxy. Mais au final, on peut tester soit-même l’impact de Google Venice en modifiant sa géolocalisation manuellement.

Si je suis à Paris et que j’indique être à Lyon, l’effet semble être le même que si je suis effectivement à Lyon.

#7
Christophe BENOIT

Très intéressant comme test qui permet de :
– nous conforter dans le fait que la géolocalisation a en effet de l’importance (ça se voit lors de requêtes Google via des proxies / ip différents)
– nous indiquer que Google ajoute une certaine dose de variance pour “tromper” les référenceurs. J’ai perdu la trace d’un brevet qu’ils avaient déposé allant dans ce sens…

Morgan Fabre

J’ai parcouru ton blog il y a quelques jours, et un de tes articles me semble intéressant si on le lie à Google Venice. Il s’agit de celui où tu fournis un algo permettant d’améliorer le maillage interne pour les sites possédant des fiches de villes. Faire des liens vers les villes proches permet d’augmenter la pertinence de ta page et du maillage global pour les villes, c’est donc très bien pour le référencement local et je me demande si Venice n’en tiendrait pas également compte pour le référencement géolocalisé.

#8
Saeed

Bonjour tout le monde et Merci pour cet article.

J’ai Un site en Anglais que j’aimerai referencer en angleterre mais le probleme c’est qu’il est hebergé en France, j’ai choisi UK sur GWT dans la zone geotargeting mais je n’ai pas l’impression que ça change grand chose.

Merci pour votre aide

Cheers

Morgan Fabre

Bonsoir,

Une IP du pays d’origine est toujours une facilité pour référencer un site dans un autre pays. Même chose pour l’extension du domaine, la déclaration de la langue dans le document HTML, l’évidente utilisation de la langue dans le contenu et l’obtention de liens depuis des sites du pays cible.

#9
sarah

Merci pour cette excellente analyse , j’aurais bien évidemment aimer voir un peu de statistique
sur les positions mais bon je me suis bien enrichie avec toutes les informations dans l’article.

Réagissez à cet article

Données obligatoires